jeudi 18 novembre 2010

sagesse proverbiale

.

Rien ne sert de souffrir, il faut mourir à point.
Les mûres ont
des groseilles.
Il n’y a pas de mémé sans yeux.
À l’horrible nul n’est vu.
La grossesse est la mère de tous les fils.
Une oie n’est pas
une plume.
On n’attrape pas les louches avec des maigres.
Qui sort frime.
Qui va à l’impasse perd sa classe.
L’agent n’a pas de peur.
La nuit tous les papas sont finis.
À bon la, bon fa.
Il faut bien que paresse se casse.
La connerie
vient en cassant.
Tous les shampooings mènent à l’aquarium.
Bien mal soumis
n’invite jamais.
C’est dans les vieux lavabos qu’on fait les bonnes coupes.
Aux paysans les mains zen.


┠──────────────────────────────────── Mona





● ◆ ●





Rien ne sert de mourir, il faut souffrir à point.
À bon achat, bon débarras.
La caresse est la mère de tous les orifices.
Une voix
n’est pas enclume.
Il faut bien que tendresse se tracasse.
Les murmures
ont des abeilles.
C’est en mouchant qu’on devient moucheron.
L’ami ne fait pas
l’iguane.
La sécheresse est la mère de tous les supplices.
Aux accidents
les mains vilaines.
La nuit tous les gras sont frits.
L’apathie
vient en rangeant.

Qui va à la crevasse perd sa grâce.
Le yéti vient en neigeant.
Tous les parchemins mènent à l’homme.
Au terrible
nul n’est venu.


┠──────────────────────────────────── JBT

2 commentaires:

L'Iguane a dit…

Excellent franchement ! J'adore la troisième. :)

la Planète des Signes a dit…

merci L'Iguane (:)

(tiens, "iguanes" au pluriel ça donne "au signe" au singulier)