jeudi 22 juillet 2010

assimile

.
HISTOIRE
AVEC DES
MARTIENS



Au début, rien n’existait. Puis vint la lumière. La lumière était partout, il n’y avait pas d’obstacle. Alors vinrent les planètes… et l’obscurité. Puis apparurent de tout petits animaux idiots, puis de plus gros, toujours aussi idiots. Et enfin l’homme. Chaque homme était différent d’un autre, aussi bien physiquement que psychologiquement. Il y avait les brutes, les philosophes, les pacifistes, les savants, les héros, les statisticiens et plein d’autres encore. Et pour se sentir malgré tout moins seul, l’homme en conçut mille autres imaginaires, parmi lesquels le Martien. Ce qui plut immédiatement avec ce personnage, ce fut son côté multiforme, la proximité de sa planète natale, la plausibilité de son existence et l’amalgame de terreur que tout cela pouvait engendrer. Cette terreur fut énorme dans un premier temps. L’homme craignait réellement de se faire cloner, puis décérébrer et lobotomiser, avant de se faire réduire en esclavage sur d’étranges planètes et d’être mangé lors de banquets militaires. Sans parler de toutes ces atteintes à la morale perpétrées par ces sales obsédés sexuels de Martiens. Certains disaient aussi que la guerre froide était en fait le substratum de cette peur. Mais comme ce qu’ils disaient n’était pas drôle, tout le monde s’en fichait. Quoi qu’il en soit, cette peur disparut le jour où l’homme se clona, se lobotomisa et se mit lui-même en esclavage, devenant ainsi prisonnier d’une tentaculaire vie sociale. Aussi, certains ne voyaient l’espoir d’une refonte de la société qu’à travers leur vieil ennemi qui serait alors bon et paternaliste. Mais ce que les hommes ne savaient pas, c’est que les Martiens étaient déjà parmi eux. Invisibles aux yeux de tous, plus de 7 milliards d’entre eux avaient débarqué lorsque Mars la rouge perdit ses réserves naturelles d’énergie cynétique. Énergie qui leur était essentielle pour vivre. Or, ils en retrouvèrent en quantité inépuisable dans les escaliers et couloirs du métro, laissant derrière eux des traces semblables à de vieux chewing-gums. Ainsi, ils avaient parfaitement investi la Terre et menaient leurs affaires sans se mêler de celles des hommes. Puis un jour, un savant en état d’ébriété s’aperçut de la présence des Martiens. Aussitôt, il construisit une machine à voir les Martiens. Mais celle-ci n’eut pour effet que de révéler aux Martiens la présence des Vénusiens. Découverts, les Vénusiens tentèrent de conclure une entente de coexistence pacifiste avec les Martiens. La chose fut d’autant plus aisée que les Altaïriens débarquèrent en masse sur la Terre. Le paternalisme n’étant pas leur but, la guerre fut déclenchée, une guerre totale. Grâce à quelques Vénusiens et Martiens volontaires, la force altaïrienne fut réduite au néant. Les hommes se félicitèrent de cette extraordinaire victoire. Pleins d’orgueil, ils construisirent une formidable flotte galactique, puis ils déferlèrent sur les races extraterrestres… et prirent une gigantesque raclée.





Aucun commentaire: