jeudi 16 novembre 2017

élégie pour l’instant


DEPUIS L’HYPOGÉE
DU MOT
S’ÉRIGE 
INEXORABLEMENT
UN TOTEM.


QUEL ORACLE
EN NOUS
ÉBAUCHE
LE NOUVEAU
JOUR ?
LE 
POÈME 
COMME SOLLICITATION 
MYSTIQUE POUR QUE L’ÉTOILE 
SOIT REGARD DANS LA NUIT DU VERBE.

___________________________       
_____________________________________________________________________       



ÉLÉGIE 
POUR L’INSTANT 

ÉBAUCHÉE 
EN CÉSURES 

PAR SYLLABES 
FERMÉES 
AUX COUPURES 
DU SILENCE





SATORI ARDENT


   À L’ORÉE DE CE REGARD OÙ LE TEMPS SE FIXE COMME UN DÉLIRE   




 Écrire le poème en versets mystiques 

 Par adoration de l’ordre des nuits 

 Pour que ce noir en nous soit le chemin 

 Vers d’ultimes connaissances 





 La lumière est hors du corps

 Comme l’ombre 


 Et l’être comme un vertige 

 Dans l’espace démembré 

 Par cette nuit vorace 

 Qui t’accorde au néant




══════════════
 NI DÉBUT NI FIN

    NI NÉ NI MORT

     Être simplement 
          Comme un nuage 
               Dans l’apparition du ciel



Rien

Que ce regard

Au cœur
De cette vision
Et ses saisons
Profanes

Que ce regard

Tel l’écho
D’une lumière

Émergeant
De nulle part




 N a b i l   H i c h a m           photos : Masao Yamamoto          

dimanche 29 octobre 2017

en un rien de temps


Et maintenant ? Maintenant, l’évidence s’était brisée.;
les piliers du temps, rompus, soutenaient leurs ruines.

                                                        Maurice Blanchot, Au moment voulu.                          





  l’autre versant du temps décrit nos rêves en orbite autour de particules d’instants en suspens 
qui parfois s’agglomèrent



                                                                      



  leurs traces se sont perdues 
     dans le désert de la mémoire 


            pour tout mot de passe 
               un seul grain de lumière 

                      accès de ces âmes 
                         issue de l’insu 



© Wavegrower [Frédéric Vayssouze-Faure]


 le temps de ne rien faire 
 sera celui d’écrire 
 entre les lignes illisibles 
 d’actes manqués 
 comme autant de rendez-vous 
 imaginaires 

 le temps de ne rien dire 
 aura été celui de retenir par cœur 
 le souffle d’une pensée 
 à travers la vitre d’une émotion pure 





 le temps de s’habiller pour défier 
 le soleil retourne le ciel à l’envoyeur 
 qui l’ensevelit sous des strates de nuit 


 le temps de relever les empreintes 
 et ce sont de vieux souvenirs 
© Wavegrower [Frédéric Vayssouze-Faure]
 qui remontent à la surface 
 pour déployer leur zèle 

 quand le temps s’amenuise
 la vie s’éternise en un rien de temps 
  

 ═  Notre fenêtre s’écarquille 
Jusqu’à refléter l’avenir   ════════ 
Paul ÉluardAilleurs ici partout.