mardi 13 juin 2017

s’en allant




 un temps déplacé 
 se repose sur la page 
 de l’ombre effacée 


 l’ombre se retrouve 
 dans le sillage oublié 
 tracé par le temps 




_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
les temps morts se figent  
sous l’esquisse de nos gestes  
mus par une offrande

                                                                          
════════════   






un corps transparent
qu’illumine mon sourire 
danse dans ses yeux 






 l’ombre en s’effaçant 
 a réintégré le corps 
 du temps déplacé





 un filet de voix 
 aura tatoué mon cœur 
 pour prendre son pouls




le rythme cardiaque 


 scande
 les jours
 et les
 nuits 
 passés sans se voir 










passé sans nous voir
le présent s’accorde au corps
de nos deux futurs




════
       non pas 
le silence


       mais une 
 musique douce 

    lorsque je 
  me tais 



══════════════════════




non pas la distance
  mais une étreinte amoureuse 
 lorsque je m’éloigne





                                                     
             ___________________________                                                                     

                                  




 et la bienveillance 
 des chemins qui se séparent 
 pour s’unir ailleurs 












       photographies           Us Stop
  avec laimable autorisation de    Julien Tatham