mercredi 14 août 2019

du coin du ciel

 




       les arbres s’ébrouent 
                   au sortir 
       d’un paysage de pluie 


  disciples du vent
  les nuées dissipées
  finissent au coin du ciel
  qui coïncide
  avec celui de l’oeil
  de la nuit qui s’ouvre
  aux confessions du jour
coupable
d’éphémérides
inscrites
sur les 
visages


comme 
la promesse           tenue
  d’une lisière  aperçue
  par l’échancrure
  qui te respire 






  la forêt
  se referme
  en secret
sur un corps
d’émotions

lundi 17 juin 2019

l’horizon des événements


.Parfois tout s’en va de moi,.
.et, pour que tout revienne,.

.je dois m’en aller, moi..




═══════════════════════════ Voix réunies

(Voix abandonnées, première série, 1943), 
traduit de l’espagnol (Argentine) par Danièle Faugeras. 



à force de creuser 
j’ai fini par gagner le vide 
j’y suis tombé 
accès du plein 
recès du rien 
celui que j’ai perdu vient de me retrouver




════                                                  ════                                                  ════                                                  ════


cosmos tellurique d’espaces déplacés




                                                  ════                                                  ════                                                  ════                                                  


un peu à l’écart j’ai trouvé un caillou
de rien
du tout
que je sculpte depuis toujours 
relisant sans fin 
un nom le tien 
gravé au cœur d’un atome
de toute une vie la mienne

tu m’as confondu avec la tienne


j’ose les odes
aux pierres 


overdose 
de prières 

qui se superposent 



temple érigé 
au temps figé 

dans le lit de son éternité

qui nous contemple



à chacun sa stature quand tous récoltent les pierres vite exposées dans la salle des statues

nous pensons être en mouvement alors que ce sont les pierres qui roulent sous nos pieds à l’instar de leur mère la terre qui les entraîne

et toujours plus d’espaces entre deux vides mais c’est un leurre de matière noire elle nous remonte à la surface connue par cœur au bord des lèvres et sur le bout des doigts


 
                                                


égarés 
en route 
nous sommes multiples 
petits cailloux semés 
dans la clairière de l’âme





blotti dans son rocher 
un cri millénaire 

la peau des pierres telle une paupière 
à couver son big bang

ma tête chercheuse
s’entête berceuse 
sur l’oreiller 

quand le globe oculaire défie le soleil 
nous n’avons plus sommeil
aux yeux de l’univers