vendredi 10 janvier 2020

enjeux devins




 l’ange se dédouble
   en fonction du réel


 le point de vue se régule
   en prévision de son double


 le miroir retourné
   lui confère le don
     de double vue


 le miroir se situe
   à la frontière
     entre l’angle de vue
       et l’ange prévu







 l’ombre de l’ange est humaine           
 elle est son épiphénomène               
 c’est-à-dire qu’elle s’épie             
 sous les traits de lhomme              
 et s’appelle par son nom                
 pour se soustraire                      
 à la vue du genr                      
 et du nombre                            




   l’ange de l’homme 
    est une ombre
     qui passe
      en coulisse
       d’un miroir sans tain
        pour scruter son âge
         redoublé d’efforts








         l’homme de l’ombre
               est un ange
                 qui nage
         dans les nuages 
            du paraître
              à portée
            de l’être




    il se dédouble
     à la vision
      dun réel soluble
       car divisé
        bientôt divinisé
         dont il devient
          devin


vendredi 29 novembre 2019

amnésie d’amour (prélude : ses idées)






     nous avions pour consigne 
     de garder secret 
     le mot de passe qui ouvre les cœurs

     alors nous l’avons oublié


     depuis
     nous cherchons à le déchiffrer
     dans le regard des autres 

     ou bien sous l’oreiller 
     des amours endormies 
     qui le murmurent dans leur sommeil 

     et nos baisers 
     sont des onomatopées 
     tentant de l’articuler



     un jour c’est sûr on s’en souviendra 
     et nous n’aurons plus que ce mot-là 
     à la bouche


mercredi 13 novembre 2019

signe d’horizon


 l’oiseau qui me surplombe
 écarte les pans du monde

qui m’environne    
                                                          

il plonge à la verticale 

de

 l’azur

       tel un piquet fiché 
       dans mon champ de vision


pour pêcher à la ligne
qui sépare du réel
mon esprit qui s’égare


    entre les lignes de fuite
    faussant les perspectives 
 illusoires                                




vendredi 25 octobre 2019

microèmes : épi-log




   §      
Et maintenant, une fin. Là où il y avait un, il y a maintenant 

   deux. 

Ou est-ce qu’il y a toujours eu deux.
Qu’est-ce qu’une réflexion.? La possibilité 
de voir deux.? Quand il y a la possibilité d’une réflexion, il peut toujours y avoir deux — ou plus. Seulement quand nous serons partout il n’y aura alors plus qu’Un.

Twin Peaks,

monologue de la Femme
à la Bûche, prologue du dernier épisode de la saison 2

(cité par Pacôme Thiellement — Exégèse de la Black Lodge).






RÉS 
UMÉ 
                        des épisodes précédents :

à la limite je prends surmoi
au temps pour moi
et rends la vie partout
surtout là où
tout chemin provisoire
est sujet à l’ouverture


§

§ Ils croient


donc              

ils savent.


§ Ils            

croient            

qu’ils savent.           



§ Ils savent          

qu’ils          

croient.          


§ Ils croient 

   qu’ils ne savent 

 pas.




 §
 § Ils ne croient pas                      
 qu’ils             
 savent. 

 § Ils ne savent pas                   
 qu’ils                                                 
  croient.                                                          


§
    §


     § Ils taisent
                   ce qui ne veut rien dire
                            — et nous dirons le reste…


§ Ils sont le nous
de nos abysses
virginaux.
                 §

§ Plusieurs ont froid           
de savoir qui l’on                      


   est.


§          Mon         il        

vous

glace.


§


§ À tous ceux qui m’ennuient 
il donne un bon 
conseil.

§       

   Nous   

restâmes   

je.       



§                

Je   

n’est que 

ce qu’il dit.


§ Je

est tout

ce qu’il dit.

§


§ Je 
est absent 
à lui-même.





§ Je 
est présent 
en chacun.

§ Chacun
 est      son propre

 tu. 





    §         

Je

     s’inscrit  

en vrai.  

§ Je

est un

pulsar.                            

§

§ 

     §  

§ Je 

est 
le monde.




 
§ Je
est le
langage.







§  Le

  langage est               

 tout.

§ Le langage
est le
corps. 

         §


        §   N o u s   s o m m e s

   pris

  dans le langage-monde.      




§ Tout est pris
dans le
langage-monde.

§


 § Tout corps 
 est pris                      
 dans le langage-monde.                                  


                §                                   o b j e t s

Les

h   a   b   i   t   e   n   t 

l e   l a n g a g e - m o n d e .   




 §   L ’ h o m m e 
 e s t   e n   r e l a t i o n 
 a v e c   l e s   o b j e t s . 






§§ Je n’ai pour objet


que le
   langage.





   §
  § Je 
             se laisse dépasser 
                          par lui, toujours… 










§ Tu t’endors
quand je chante ;
ils te traversent.

§ 

§ Tu n’est pas celle          

qui saura

m’avoir.





§ Elle s’efface

en pilules

de verre.




§



                         
Grégoire

Cabanne *     





dernière   parution   


  

Michel, Leïla (Lui, Elle, Toi) de Grégoire Cabanne
Livre papier : format 130 x 180, 224 pages, 15 €. ISBN : 978-2-37804-013-0.
Éditions MF, collection Inventions, mars 2019. Cliquez pour commander.    
    
   







__________________________________________________  _   ______  _   ______  _   _


 


______________________________________§

________________________________   





                                                        * lien saison 1, épisode 1 (bio, présentation des microèmes)        tous les microèmes