lundi 7 juin 2010

en Thomas logis

.

comme autant d’épingles les fourmis


séduisent l’azur grand verre de lumière noire


colportent nos transports de trouées en trouées


à chaque émotion une galerie

dédale de nos messes basses étouffées sous l’oreiller dictat

nous expirons à défaut d’expier


le lest n'est pas coutume il a bon dos le test

nos gestes ont la langue déliée

alléchée au mystère d’un seul port d’attache


par le miel de ta nuit j’ai été fécondé de ta folie rêvée

sous les pierres de ta peau j’ai divulgué la colonie de la mélancolie

et plongeant la main au cœur du secret

que tu couvais dans la marge d’un rire puéril

j’ai saisi un scarabée arborant mon portrait pour trait d’esprit


enduit de ta salive je vis dans l’impassible

déplaçant l’impossible à genoux le dénoue

2 commentaires:

Anonyme a dit…

je viens de lire tout ce que vous avez écrit et pour moi, c'est toujours un régal !! nicole diaz

la Planète des Signes a dit…

mer sea l’icône

Kant à choisir

mieux vaut un régal qu’une galère

J-Bien à toi (:)