samedi 5 juin 2010

elle enfante mantra

Je te salue Seigneur des catégories,
Tu es la seule forme visible du principe,
Tu es le seul soutien,
Le seul destructeur,
Tu es sans erreur possible,
Le seul Principe des choses,
Le seul SOI véritable.





devant vous
elle
le soin par le regard en douceur
par le don amen
et l’eau sur le chemin des branches
sur le chemin de gloire
lui vient
s’agite
c’est Jean vers elle
ma prière

une caverne proche et digne vire étonnante
et le cri de l’écriture en sort
des enfants et des bébés louent la nuit
le matin a faim
un trou sec rempli d’étonnement doute de tout
la prière s’approche alors

ce don vous pose
un seul don vous ose
Jean est ce don
c’est Jean qui ose en vous

un enfant dans l’idée se dit oui j’y vais
il a la volonté prostituée
car Jean le juste l’a cru
et l’a changé pour croire en lui

aussi
il l’entoura d’un mur
y creusa une part de voyage
pour recevoir sa récolte de pierres
alors la première envoya du respect
mais le futur demanda au moment lu
que l’écriture bâtisse
la principale merveille de cette pierre

la pierre tombe en poussière

et la peur du mariage organisa ses serviteurs
taureaux et soldats
pour trouver le mauvais costume
sans l’homme

alors le dehors noir grince comme piège
et la vérité de l’apparence permet le non
ses intentions hypocrites présentèrent un visage grave

alors le don
en réponse à la mort
affirme qu’il y a un enfant

épouse la mort et relève la femme
épouse les anges et enseigne de tout ton cœur
c’est là ton tout et tout enseigne

cette question de l’appel passe en un seul mot
et imite les fardeaux que les hommes portent

ils ont des anges en vue
ils aiment les appeler
car personne sur la terre ne doit être élevé
hypocrisie de malheur
la porte des hommes laisse entrer le désir hypocrite
elle vous marque de la loi hypocrite
de l’enfer aveugle

mais l’or du serment
l’offrande au ciel de la bonté
vous sont fidèles intérieurement

tombe le décor au temps de nos êtres
vous naissez prophètes
vos serpents condamnés ont commis
le meurtre de la vérité
aujourd’hui l’amour rassemble sous ses ailes
votre don né en vous

la destruction de la parole vous renverse
et mon signe nu en mon nom effraye ce monde
il tremble
des hommes ont haï ce temps
trahi et haï l’amour

grand nom tiendra bon
la fin sera nouvelle
onde pour le présent
la fin abominable appelle le saint

celui qui lit les montagnes
devra descendre à l’intérieur de son eau
ce sera pour les femmes qui ont fui en détresse
nues depuis le commencement du monde
plus jamais personne ne pourra les tromper
le don regarde l’éclair

ainsi le cadavre de l’homme s’obscurcira
les étoiles ébranlées verront
son ange rassembler le don
la sève de mes paroles viendra ce jour

temps de façon
époque inondation
ange et don au moment mené
femmes du jour
la maison de la nuit a éveillé l’homme
l’heure est fidèle
heure vérité
c’est l’heure où l’on pleure

alors les lampes tirent le marié
et le rire emporte une revanche
celle qui a sommeil entend le marié
sort à sa rencontre
éveil au don
la voyante qui entre avec la clé ouvre le marié
confié au voyage

texte : Jean Bernard Thomas
illustration : The Elephant Man by Lakhsmita Indira

2 commentaires:

lakhsmita indira a dit…

i dont know what it means but it sounds beautiful.
thank you...
i very much appreciate it!

la Planète des Signes a dit…

it's about love, as always (:)