mercredi 21 avril 2010

d'or émis face oh la citerne pluviale

.
la forêt est la seule forêt

nous enlacés

métamorphose du vert

22 juillet pour les traits

dans la rédaction des actes de deux grands enfants

Magdalene a la foi blanche

la voilà grande

les démons ont veillé jusqu'à l'éclatement du partage

mais cette nuit a sa pureté rebondie

dans le
théâtre irréparable

tacite oubli

grâce secrète vers la porte de l'équation blanche

qu'il pénètre

qu'il pénètre bienvenu

dans un vert hommage au pays des arts

et l'induction de la femme pointe la fenêtre sur un sphinx sucré

avec un oeil neuf

le courage ici est oui

la vie qui se rapproche

la vie chimiste

vie d'une force vie avancée

l'amour de l'esprit nu vous prie

vous en vie

en vie

2 commentaires:

Souffledame a dit…

Telle une batterie faisant sa gamme
Réceptions et recettes palpitations
Au décor où monte le sucre glace
Il se lèche jusqu'à plus addiction.

la Planète des Signes a dit…

et les gâteries de son âme
palpées par itération
font des corps devant la glace
de ta propre dilection